CHRONOLOGIE

Du Moyen-Age au XVIIème siècle

1031 : La charte de la reine Ermengarde donne la « villa de Calvonacum » au Prieuré de Talloires.

1443 : Mgr Vitelleschi confirme la paroisse de Charvonnex comme filleule de Saint-martin.

1481 : Le pouillé du Genevois reconnaît que la paroisse a un revenu nul.

1526 : Après Saint-Martin (1507), la Collégiale Notre-Dame de Liesse achète Charvonnex et devient son curé.

1562 : La consigne du sel recense 203 habitants en 38 feux. Démarrage économique avec la « frérèche » Damedier. Première maison en pierre.

1570 : La peste. Il reste 20 feux (moins de 100 habitants).

 

L’Ancien Régime

1608 : Visite pastorale de François de Sales. Il s’occupe du conflit entre la collégiale d’Annecy et le prieuré de Talloires.

1646 : Construction d’une église pour 200 habitants et d’un clocher pour une cloche de 1630 offerte par la Collégiale.

1665 : Mgr d’Arenthon d’Alex dissout la confrérie du Saint-Esprit au profit d’une confrérie du Rosaire. Statue de N.-D. de toutes Grâces dans l’église.

1689 : Mgr d’Arenthon d’Alex crée la première école de Charvonnex, fait construire un presbytère pour l’un des 2 desservants de Saint-martin. Statue de Sainte Anne apprenant à lire à Marie.

1709 : Ravage de Charvonnex par un parti de prussiens fourrageant autour d’Annecy.

1726 : La consigne des mâles fournit 6 recrues pour les régiments territoriaux.

1729-1732 : Cadastre sarde. Talloires et les Macchabées ont encore de grandes propriétés. 120 propriétaires, dont 4 bourgeois d’Annecy.

1754 : Etat économique de la paroisse par maître Teppier : situation catastrophique, aggravée par les droits féodaux.

1776 : Misère. La population diminue : 224 au lieu de 260 en 1726.

1789 : Mise en vente des communaux pour le rachat des droits féodaux. Début du procès Charvonnex-Groisy.

 

De la Révolution à l’Annexion

1792 : Le député de Charvonnex à l’Assemblée des Allobroges reçoit mandat de voter sans restriction le rattachement à la France.

1793 : Election du premier maire de Charvonnex. Début de l’état civil laïc.

1794-1801 : La Commune cache sur place pendant 7 ans un prêtre clandestin.

1794 : Charvonnex livre sa cloche de 1630. En 1795, cette cloche est attribuée à Naves, mais récupérée subrepticement, enterrée et réinstallée en 1801.

1813 : Baptême d’une 2ème cloche fondue à Carouges.

1816 : Charvonnex érigé en paroisse indépendante.

1815-1850 : Récupération des terres par rachat aux bourgeois d’Annecy.

1829-1839 : Procès perdu contre Groisy. Les finances locales en sont obérées pendant 20 ans.

1833 : Grève victorieuse des charvonnois sur le chantier de rectification de la route Annecy-Bonneville.

1843 : Construction du nouveau presbytère.

1848 : Election du premier conseil municipal démocratique. Election de la « croix du Statut » pour remercier Charles-Albert.

1851 : Ouverture de l’école communale.

1855 : Achèvement de la nouvelle église.

1859 : Jean-Claude Romand, syndic, capitaine de la garde nationale, francophile.

1860 (22 avril) : vote unanime, sans abstention ni restriction, pour le rattachement à la France.

 

Du Rattachement à la deuxième guerre mondiale

1860 (31 août) : Arc de triomphe et foule (400 personnes) pour le passage de leurs majestés Napoléon III et Eugénie.

1861 : Installation à Charvonnex de la douane routière pour la grande zone franche. Modernisation autoritaire de la Commune par Jean-Claude Romand, surnommé Badinguet.

1870 (6 septembre) : les républicains prennent de force la mairie.

1881 : La population culmine à 556 habitants.

1883 : Première rentrée scolaire dans la nouvelle Mairie-Ecole.

1884 : La voie ferrée Annecy-La Roche traverse Charvonnex, qui n’a pas su obtenir une gare.

1885 : Première fruitière qui échoue en 1899.

1894 : Agrandissement de l’église et transfert du clocher.

 

Le XXème siècle

1902 : Deuxième fruitière qui durera jusqu’en 1985.

1906 : Pour la première fois, égalité du nombre d’hommes et de femmes, jusque là minoritaires. L’espérance vie est passée de 31 ans (1848) à 40 ans (1906).

1906-1912 : Crise de la séparation de l’Eglise et de l’Etat. 2 prêtres en meurent indirectement, l’un en 1907, l’autre en 1909. Les archives paroissiales disparaissent.

1908 : Election du maire François Dupont, chimiste de réputation internationale. Il résout la crise religieuse, modernise l’école, installe le premier téléphone.

1914-1918 : 21 charvonnois morts au champ d’honneur.

1918 : La grippe espagnole : 8 décès.

1921 : Inauguration du monument aux morts, payé par souscription communale et subventions.

1923 : Suppression de la douane routière. Départ des douaniers et de leurs familles.

1926 : La population est tombée à 337 habitants.

1930 : Electrification totale du pays (Régie de Seyssel).

1933 : Echec du projet d’alimentation en eau courante.

1939-1940 : Construction de la ligne de blockhaus et de casemates pour prévenir une invasion allemande par la Suisse. La campagne de 1940 fait 1 mort et 6 prisonniers de guerre.

1941 : Adresse municipale de confiance au Maréchal Pétain.

1942 : Tous les jeunes sauf un séminariste refusent le S.T.O.

1943 : Léon Chappaz chef de la Résistance locale.

1944 : 3 jeunes sont victimes des représailles allemandes. Grâce à l’abbé Chabord, curé depuis 1939, Charvonnex ne connaît ni engagement collaborationniste, ni épuration violente. Municipalité issue de la Résistance (17 septembre).

1946-1955 : L’abbé Chabord acquiert une renommée régionale de thaumaturge, si bien que le nom de Charvonnex devient connu.

1953 : Ouverture de la salle paroissiale, construite par les paroissiens, grâce aux dons reçus par l’abbé Chabord.

1955 : L’eau courante pour tous. Départ de l’Abbé Chabord.

1963-1965 : Grave crise communale, due au projet de remembrement. L’écho s’en répercute jusqu’à Annecy.

1965 : Suspension définitive du projet de remembrement.

1967 : Ouverture de l’école maternelle.

1983 : Dévolution de la salle paroissiale, qui devient maison communale.

1991 : Pour maîtriser la rurbanisation, publication d’un Plan d’Occupation des Sols.

1994 : Premier aménagement de la R.N. 203.

1997 : Premiers immeubles collectifs et sociaux.

 

Le XXIème siècle

2002 : Jumelage avec Martinet (Vendée).

2004 : Engagement de grands travaux sur la RD 1203 et au chef-lieu.

2010 : Construction du nouveau groupe scolaire et restauration intérieure de l’église

2011 : Aménagement place de l’église et restauration façades de l’église.

 

 

Le mot du Maire

« Il faut que Charvonnex reste une commune où il fait bon vivre. J’ai envie que notre commune avance et que les charvonnois en soient fiers. »

 


(Jean-François Gimbert : interview à l’Essor Savoyard de juin 2006.)