http://www.mairie-charvonnex.com/wp-content/uploads/francois-dupont.jpg 

FRANÇOIS DUPONT

Né à Charvonnex en 1847, dans une famille de petits cultivateurs, il réussit à intégrer le Conservatoire des Arts et Métiers à Paris. Ingénieur chimiste, il s’oriente vers l’industrie sucrière. Il est l’ami et le collaborateur des savants Marcellin Berthelot et Henri Moissan.

A 30 ans, il invente des appareils de précision et des machines perfectionnées pour l’industrie sucrière. A 35 ans, il crée sa manufacture à Paris pour fabriquer ces instruments et les produits chimiques nécessaires aux distilleries. Il fonde l’Association des Chimistes de Sucreries qui compte 2000 membres. Il vulgarise ses travaux par des publications qui ont jusqu’à 7 éditions et sont traduites en anglais, allemand et italien.

A 50 ans, il organise les Congrès internationaux de chimie appliquée où il représente officiellement la France pendant 14 ans, à Vienne, Paris, Berlin, Rome, Londres, New York. En 1906, il est fait officier de la Couronne d’Italie. Le gouvernement français lui confie des missions d’assistance technique à l’étranger. Il fonde des sucreries à Ripiceni en Roumanie, à Kayali en Bulgarie, à Caracas au Venezuela. Il reçoit des décorations de ces pays et a même une stèle à Caracas.

 

François Dupont continue ses recherches sur la fabrication du sucre et c’est grâce à lui que le sucre blanc se démocratise. D’origine rurale, il applique son travail aux problèmes agricoles du dosage chimique des engrais. Mais il échoue dans ses essais d’utilisation des scories de la houille comme engrais. Il fut cependant commandeur du Mérite Agricole.

Il n’oublie pas son pays natal. Il est élu maire de Charvonnex en 1908 et réélu en 1912. Il apaise les esprits lors du grave conflit local provoqué par la séparation de L’Eglise et de l ‘Etat. Il développe la commune et s’intéresse de près à la modernisation matérielle et surtout pédagogique de l’école communale. Il est fait officier de la Légion d’Honneur en 1912.

Il meurt le 1er janvier 1914 à Paris, où il a des funérailles grandioses. Mais il est enterré à Annecy, au cimetière de Loverchy où se trouve toujours sa tombe.